Date de publication :  12 avril 2023.

Aujourd'hui nous sommes le : 25/04/24.   

Le montage

Si l'on ose une comparaison nautique le montage consiste à équiper l'instrument du gréément et de l'accastillage que sont: la touche, les sillets, le chevalet, l'âme, le cordier, les chevilles et les cordes. A l'exception de la touche tous ces ces composants sont en général préfabriqués et seulement ajustés par le luthier pour les adapter à l'instrument.

J' ai fait le choix de monter le violon" en blanc". afin de pouvoir l'essayer avant de procéder au vernissage et vérifier s'il est bien vrai que le violon "en blanc" sonne "tout aussi bien" que le violon verni comme l'écrivent les frères Milland. Le montage de la touche est donc provisoire, elle est collée avec seulement  2 points de colle, car je l'enlèverai pour vernir. Ce n'a pas toujours été le cas semble t'il chez les maîtres Italiens car certains de leurs violons manquent de vernis sous la touche! Il n'empêche que c'est quand même préférable pour réaliser une meilleure finition et c'est actuellement la pratique standard.

Je commence par essayer (sans colle) le dispositif de serrage de la touche sur le manche. Cela me permet aussi de vérifier le bon alignement de l'axe central de la touche sur la ligne de joint de la table grâce au papier millimétré collé à l'extrémité de la touche.

Je procède à la finition de la poignée du manche en utilisant dans l'ordre les outils: gouge, rapes, limes, ratissoirs. Je laisse volontairement le manche un peu épais pour tenir compte d'un éventuel amaincissement à venir de la touche .

Et le détail du talon:

La touche peut être collée avec seulement 2 points de colle de manière à pouvoir l'enlever lorsque l'on vernira.

Je creuse dans la table l'entaille pour y insérer le sillet du cordier.

Je colle le sillet après l'avoir taillé aux dimensions requises.

Je prépare ensuite le sillet du haut. Je le colle et je taille les encoches pour les cordes à l'aide de petites limes spécifiques. (le papier blanc collé est toujours utile pour y voir clair).

Il s'agit alors de mettre les chevilles. Je les ai achetées déjà finies car je ne me suis pas encore procuré de taille-chevilles.  Il ne reste qu'à ajuster la perce des trous du chevillier qui doit être conique. Cet agrandissement conique de la perce est réalisé à l'aide d'un alésoir appelé lousse. Cette opération d'apparence simple doit cependant être réalisée avec précaution car on a très vite fait d'aller trop loin ou de ne pas aléser droit. Fort heureusement, pour le cas où l'on a eu  la main trop lourde, les chevilles finies existent en plusieurs diamètres!

Toutes les chevilles vont à leur place et les encoches du sillet sont terminées.

Pour finir, je perce le trou dans chaque cheville pour le passage de la corde. Un petit support adapté (à la lousse) facilite le maintien de la cheville pendant cette opération.

Passons au chevalet.

Après amincissement et dégrossissage de la forme des pieds au canif je termine au papier de verre l'ajustement des pieds à la surface de la table .

Je dois maintenant mettre l'âme en place. J'ai relevé la hauteur nécéssaire à l'intérieur du violon avec le petit outil de mesure adéquat. Cette mesure me permet de couper l'âme à la bonne longueur. J' essaye plusieurs fois d' insérer l'âme en place avec la pointe à âmes. Cela paraît très facile lorsque l'on voit les vidéos sur le net mais, en ce qui me concerne,  l'âme tombe dans l'instrument à chaque fois!

J'entreprends alors de développer un petit "outil" qui rend la tâche beaucoup plus facile. Sur la photo suivante on voit l'outil à droite et la pointe à âmes à gauche. Avec les deux outils je peux assez précisément disposer l'âme à la position que je souhaite.

La suite consiste  à percer et aléser le trou du bouton puis à mettre en place le cordier et les cordes. Au préalable je frotte les chevilles avec du savon de Marseille et de la craie pour obtenir un frottement "onctueux" et un accord facile.

2 mars 2017.

Nous y sommes, le violon monté en blanc peut émettre son premier cri...deuxième moment émotion...

..... je sais désormais que je pourrai faire quelque chose de ce violon et qu'il ne sera pas seulement affecté à la décoration du mur!

Je continue d'affiner le travail avec plusieurs phases d'amincissement de chevalet et de déplacement de l''âme dans le but d'obtenir un résultat qui me semble équilibré. Les pieds du chevalet se finissent en fait plus précisément au canif.

Après quelques journées de plaisir à jouer avec mon nouvel instrument il est temps de penser à le vernir.

Publication initiale: 12 septembre 2017

Retour à   Mon premier violon

  ⌂ Accueil     ⇧ Haut de page  

Nombre de visites :   408    

Le contenu de ce site est libre et mis à disposition selon les termes de la Licence Art Libre
et selon ses termes de confidentialité

Le site est construit par Jakez avec Wagtail et hébergé par o2switch