Date de publication :  08 juin 2023.

Aujourd'hui nous sommes le : 22/06/24.   

Les outils

Les outils à main

Il est tout à fait possible de réaliser un violon uniquement avec des outils à main, c'est bien ce qu'ont fait nos illustres prédécesseurs, et, pour la réalisation à l'unité, la mécanisation n'apporte pas grand chose. Nombre de ces outils sont les mêmes que ceux des ébénistes ou sculpteurs. Quelques uns sont vraiment spécifiques.

S'il est un enseignement important du manuel, c'est la nécessité de disposer d'outils coupants toujours très...très bien affutés. On a toujours trop tendance à prolonger le travail en cours avec un outil qui commence à s'émousser. Il faut savoir interrompe son travail et retourner à la pierre autant que nécessaire et avant qu'il ne soit trop tard.

Les outils dont je me suis équipé sont donc les suivants:

- Des gouges, 5 tailles différentes m'ont suffit.

IMG_9362

- Des ciseaux à bois, 2 tailles.

IMG_8132

- Un bédane à filets, il est livré brut et il faut le meuler aux dimensions de la gorge des filets.

IMG_9359

- Des ratissoirs, j'utilise un jeu composé de diverses formes que l'on trouve fréquemment, j'ai juste découpé en 2 la forme courbe pour disposer d'un outil adapté précisément à la courbe du ragreyage.

IMG_9358

- Des râpes et des limes standard que l'on trouve en grande surface de bricolage, je n'ai utilisé les premières que pour le manche, alors que les limes m'ont servi pour toutes les finitions.

IMG_8578

- Un trusquin à filets, c'est à dire avec deux lames.

IMG_9368

- 2 scies japonaises.Le pays du soleil levant n'est pas seulement le pays des sabres popularisés par le cinéma mais aussi celui de magnifiques outils d'ébénisterie. Quand on a essayé une scie japonaise on a du mal à revenir à une égoïne classique tellement la performance n'a rien à voir. Celle de la photo est une vraie japonaise comme l'indique le très joli manche en jonc.

IMG_9366

- Des canifs, on achète la lame que l'on insère dans un manche acheté ou fait maison. Les miens sont aussi faits d'acier Japonais... ce qui donne une bonne idée de l'efficacité des armes des samouraîs. Parmi ces canifs s'est glissé un couteau à huître réformé après une rencontre avec une huître trop dure. Une fois profilé et bien affuté il fait parfaitement l' affaire pour certains usages. J'ai aussi un opinel N°5 qui me sert de temps en temps.

IMG_9370

- 1 rabot de type N°4 qui a peu servi car j'ai préféré utiliser pour cette activité les outils électriques: la défonceuse ou la raboteuse dégauchisseuse (cf. ci après).

IMG_8037

- 1 petit rabot métallique, très pratique et bon marché que j'ai utilisé pour la touche.

IMG_9369

- Deux petits rabots noisettes à semelle courbe, utilisés principalement pour le travail des voûtes de la table et du fond. J'ai aussi réalisé un rabot à semelle plate "maison" qui sert beaucoup moins.

IMG_9365

- Une lousse, ou alésoir conique affectée à l'alésage des trous du chevillier.

IMG_9367

- Les outils consacrés à l'âme: Une pointe à âme, un appareil de mesure de la hauteur entre fond et table  et l'outil spécifique maison .

IMG_9360

- Des petites limes pour les rainures du sillet. Ces limes ne sont pas spécifiques du violon. Je m'en suis aussi servi pour règler l'action d'un Ukulele et le rendre (à peu près) juste.

IMG_9361

Et ... une scie cadre pour la découpe de la table et du fond, des serre-joints de toutes sortes ...

Les instruments de mesure

Pour prendre des mesures sur les composants du violon en cours de réalisation j'ai utilisé les instruments suivants.

  • Un réglet de 50cm qui permet de prendre toutes les mesures courantes.
  • Un pied à coulisse, car la lutherie est souvent l'affaire de fractions de mm.
  • Un compas d'épaisseur.
  • Un comparateur, monté dans un dispositif spécifique, ci après.
  • Un thermomètre sans contact, très utile pour la surveillance de la colle et indispensable pour l'élaboration du vernis.
  • Une balance roberval pour relever les masses des plaques.
  • Un micro ordinateur, c'est effectivement un appareil de mesure pour les relevés acoustiques mais pas que...C'est aussi l'outil sur lequel je suis en train d'écrire en ce moment et l'outil qui m'a permis de faire tous les petits calculs et reproductions diverses de ce projet.

Les outils electriques

Comme Paul Altenburger je pense qu'il ne serait pas raisonnable de se passer des outils ou machines électriques à chaque fois que cela apporte vraiment un plus en limitant les opérations sans intérêt ou celles où l'usage de la machine limite le risque de perdre une ébauche. J'ai, en fait, assez peu utilisé ces  outils mais ils ont été à chaque fois très précieux.

Pour mon premier violon, j'aurais aimé disposer d'une scie à ruban mais j'ai pu m'en passer. En revanche, j'ai utilisé les outils suivants:

- Une scie sauteuse, pour la découpe grossière de la table et du fond en complément de la scie à cadre lorsque j'en ai eu marre de scier à la main.

  • Une perceuse "ordinaire" montée sur son support vertical pour percer le contour du manche et les trous du chevillier.
  • Une mini perceuse et son support, pour les petis trous de centrage de la table et du fond et le trou de passage des cordes dans les chevilles.
  • Une défonceuse, pour le joint central de la table, l'arasement des tasseaux et le contour du moule.
  • Une ponceuse excentrique pour la mise à épaisseur des éclisses.
  • Une raboteuse dégauchisseuse, je dispose d'une ancienne peugeot avec laquelle j'ai pu dresser l'ébauche du manche et la face inférieure de la touche.
  • Une scie circulaire sur table, cela m'a permis de découper aisément le talon du manche à l'angle adéquat dès le début du travail.
  • Et, le fer à repasser pour cintrer mes premières éclisses...

Par la suite, après ma première réalisation, je me suis équipé d'autres outils qui apportent vraiment un plus:

  • le support vertical de perceuse Wabeco avec 2 crémaillères. C'est beaucoup plus précis, stable et pratique que les supports que l'on trouve habituellement sur le marché.
  • une petite scie à ruban 80mm, 350W. Certains pensent qu'une telle puissance est insuffisante. J'ai trouvé, pour ma part cet outil convenablement dimensionné pour les travaux de lutherie que j'ai faits avec lui.
  • une ponceuse oscillante.
  • Une 1/2 varlope. Je m'en suis passé pour le violon mais j'en ai ressenti le besoin lorsque j'ai fait les plans de joint de la table et du fond de ma guitare. C'est vraiment la bonne dimension pour cet usage, et cela sert à tout plein d'autres choses.

Les dispositifs maison

La lutherie requiert quelques outils spécifiques  qui peuvent être onéreux. J'ai réalisé ce qui m'était nécessaire ou détourné des objets du quotidien.

Le fer à cintrer. Il s'agit d'un vieux tube de cuivre récupéré sur une ancienne évacuation sanitaire. Un tube en inox améliorerait sans doute l'outil.

Le tube est calé par un bloc de plâtre emplissant une boîte en bois qui contient également le circuit électrique. Une lampe halogène de forte puissance placée à l'intérieur du tube et alimentée par un variateur assure le chauffage. Le variateur permet un réglage précis de la température de surface du tube Attention! Le tube doit impérativement être relié à une bonne terre, pour une protection élémentaire si l'ampoule venait à claquer.

IMG_8236

Un autre fer à cintrer, qui est une des nombreuses variantes du "poor man's bending iron". Il est fait à partir de tubes de plomberie en acier faciles à trouver, et permet de travailler des éclisses plus larges que mon premier modèle. Cela marche très bien aussi ! Il n'y a pas du tout de régulation, mais la température obtenue est la bonne. Le décapeur thermique est de toutes façons indispensable dans l'atelier pour d'autres usages. Le seul inconvénient est le bruit du ventilateur fatiguant à la longue.

IMG_0367

Un pot à colle, anciennement cocotte minute (un peu grande!) sur plaque électrique. On peut noter l'intérêt du thermomètre sans contact avec lequel je mesure la température de la colle.

IMG_8539

Le support du moule pour les phases préliminaires. Ce support facilite le report symétrique du dessin, le positionnement des tasseaux leur arasement à la défonceuse ainsi que le collage des éclisses.

IMG_7957

Le support de la table ou du fond pour les opérations de creusage.

IMG_8126

Un appareil de mesure d'épaisseur, réalisé en montant un comparateur sur un support en bois.

IMG_8243

Un accessoire servant de guide de profondeur pour le creusage de la table et du fond. Pour l'utiliser on dispose la plaque entre la pointe et la tête de vis arrondie puis on abaisse le levier. Le bois est marqué à la profondeur règlée par l'écart entre la pointe et le tête de vis arrondie. Il suffit de faire disparaître la marque lorsque l'on creuse pour obtenir la bonne épaisseur. Le principe de cet outil est ancien, Stadivarius disposait lui même d'un outil analogue.

IMG_8255

Des presses à tabler. Pour les faire, j'ai coupé des rondelles dans un manche d'outil en hêtre puis je les ai percées et montées avec la visserie adéquate (diam 6mm) et garnies de patins de feutre pour pieds de chaises dans le but de ne pas marquer les surfaces serrées. Les mêmes sont utilisées pour la guitare avec des tiges filetées plus longues.

IMG_8524

Des presses à contre-éclisses faites de pinces à linge renforcées avec des gros élastiques (fournitures de bureau). C'est très efficace.

IMG_8032

Pour la guitare, j'ai cherché à n'avoir qu'un seul dispositif évolutif qui permet de maintenir l'instrument à différents stades de fabrication. La base sert au début à l'assemblage des éclisses, elle peut être équipée de "ridelles"pour supporter le traîneau de la défonceuse, de petits supports réglables pour la table, le fond ou la guitare complète, des barres pour fixer la corde serre-joints ...

IMA_2061

Une fraiseuse à commande numérique

Est ce vraiment indispensable ? sûrement pas ! Ces petites machines disponibles aujourd'hui sont tout de même remarquables. Il est possible, désormais de se faire plaisir à coût abordable, les prix se sont malheureusement un peu envolés depuis mon acquisition début 2022 : une CNC 3018 Pro.

J'ai été positivement surpris par l'efficacité du système de rattrapage de jeux qui permet réellement un usinage au 10ème. Après une bonne préparation, on peut faire des incrustations soignées. La seule limite est le diamètre de l'outil utilisé qui définit le rayon de courbure minimal du dessin. Les fraises inférieures à 1mm cassent facilement. Pour les contours plus pointus, il faut finir à la main. La machine est fournie avec quelques logiciels du monde windows, mais, j'ai pu, sans difficulté, la faire fonctionner avec du logiciel libre sous linux. J'utilise PyCAM et bCNC.

Retour à   Les ressources

  ⌂ Accueil     ⇧ Haut de page  

Nombre de visites :   764    

Le contenu de ce site est libre et mis à disposition selon les termes de la Licence Art Libre
et selon ses termes de confidentialité

Le site est construit par Jakez avec Wagtail et hébergé par o2switch