Date de publication :  17 mai 2023.

Aujourd'hui nous sommes le : 22/06/24.   

La touche

A nouveau je vais m'attaquer à un parallélépipède mais en ébène cette fois. L'emploi de l'ébène est controversé de nos jours du fait du pillage des bois précieux par des forestiers peu respectueux de l'environnement. Il reste que l'ébène est incontestablement le meilleur bois pour les touches d'instruments de musique et que, s'il ne restait qu'un emploi pour ce bois, ce devrait sans doute être celui là. Pour ma part j'ai choisi de faire confiance à mon fournisseur qui affirme : "Notre bois d'ébène est certifié provenant de forêts de leur pays d'origine qui n'entrent pas dans un programme de conservation des espèces."

La première opération est un rabotage du dessous de la touche qui sera collé sur le manche.

Ensuite je colle une feuile de papier, gabarit du losange recherché: 24mm, 42mm 270mm sur ce dessous de touche car il est difficile de faire un trait de crayon visible sur de l'ébène ! Je découpe les cotés à la scie japonaise en suivant ce gabarit et je les finis au rabot .

Je colle aussi un gabarit sur les cotés pour guider le travail de sculpture. La "rondeur" de la touche est un arc de cercle qui a le même rayon, 42mm,  d'un bout à l'autre de la touche.Le bord latéral est ajusté à 5mm.

Je commence à  sculpter la touche, d'abord à la gouge comme d'habitude puis très vite avec un petit rabot métallique très pratique et efficace. Pour cette activité, l'ouvrage est positionné et calé sur un dispositif spécifique.

Petit à petit je m' approche de la forme que je contrôle régulièrement avec un gabarit au rayon de courbure recherché. Il faut veiller à introduire un léger creux dans la longueur de la touche.

Je termine le dessus de la touche au papier de verre en utilisant une cale à poncer elle même au rayon de courbure adéquat.

Pour le dessous il y a deux creusages à réaliser. Coté manche une petite gorge facilitant le collage et l'éventuel décollage et, coté chevalet, un évidement assez important qui a pour but d' alléger la touche. Je réalise d'abord le gabarit que je colle sur l'ébauche.

Et je creuse à la gouge.

La finition se fait comme d'habitude au ratissoir courbe.

La touche est terminée.

Je peux maintenant passer à l'assemblage.

Publication initiale: 23 août 2017

Retour à   Mon premier violon

  ⌂ Accueil     ⇧ Haut de page  

Nombre de visites :   385    

Le contenu de ce site est libre et mis à disposition selon les termes de la Licence Art Libre
et selon ses termes de confidentialité

Le site est construit par Jakez avec Wagtail et hébergé par o2switch